ÉditionsLe métier

Le prolongement du plafonnement des hausses de loyers dans les librairies

Il y a près d’un an, le Parlement adoptait une mesure visant à limiter les fluctuations de l’Indice des Loyers Commerciaux (ILC) sur une période d’un an, allant du deuxième trimestre 2022 au premier trimestre 2023. Les libraires, directement touchés par cette mesure, bénéficieront d’une prolongation de ce “bouclier loyer” jusqu’au 31 mars 2024, offrant ainsi quelques mois supplémentaires de protection.

Des mesures d’urgences pour protéger le pouvoir d’achat

La loi n° 2022-1158 du 16 août 2022, adoptée dans un contexte d’inflation record, introduisait plusieurs mesures d’urgence visant à protéger le pouvoir d’achat. Bien que les prix tendent à se stabiliser, le coût de la vie demeure élevé, ce qui a incité le Parlement et le gouvernement à proposer une loi maintenant temporairement un dispositif de plafonnement de la variation annuelle des indices locatifs.

Promulguée le 7 juillet dernier, cette législation étend le gel de la hausse des loyers à 3,5 % pour les ménages et les petites et moyennes entreprises (PME) jusqu’au 31 mars 2024.

Les librairies, en tant que PME (employant moins de 250 salariés), peuvent également bénéficier de ce plafonnement à 3,5 % de la variation de l’indice des loyers commerciaux (ILC).

D’après le Syndicat de la librairie française (SLF), cette mesure est particulièrement bienvenue : sans elle, « l’augmentation des loyers commerciaux serait très forte ». L’organisation poursuit : « Ainsi, la dernière hausse en date de l’indice des loyers commerciaux (ILC), celle du 1er trimestre 2023, s’établit à 6,69 % sur un an. Et les précédentes se sont élevées à 6,29 % (4e trimestre 2022), à 5,37 % (3e trimestre 2022) et à 4,43 % (2e trimestre 2022) ! »

Un défi majeur pour les librairies

Les librairies font face à un défi majeur avec la hausse des loyers commerciaux, notamment dans les centres-villes. Pendant la campagne présidentielle de 2022, le Syndicat de la Librairie Française (SLF) avait d’ailleurs appelé à la mise en place d’un dispositif pour contenir cette croissance des loyers dans les zones urbaines.

Malgré l’action du gouvernement en réponse à l’inflation, le mouvement de hausse des loyers n’a pas été stoppé. Une récente étude de l’agence du livre d’Occitanie a révélé que le poids moyen des loyers dans le chiffre d’affaires des librairies de la région se situe autour de 5 %. Ce chiffre augmente bien sûr lorsque l’on se concentre sur les grandes agglomérations et les métropoles.

Dans la région Occitanie, on observe une nette augmentation du poids des loyers en 2023 pour les librairies dont le chiffre d’affaires se situe entre 1 et 2 millions d’euros, ainsi que pour celles dont le chiffre d’affaires est inférieur à 300 000 €. Pour les commerces de livres dont le chiffre d’affaires dépasse les 2 millions d’euros, le poids des loyers dépasse les 5 %.

Seules les librairies intermédiaires, avec un chiffre d’affaires compris entre 300 000 et 1 million d’euros, voient le poids des loyers diminuer. Cela s’explique par le choix de nombreux nouveaux entrants en Occitanie d’implanter leurs librairies dans des territoires ruraux, où les loyers sont moins exorbitants.

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Oups ... Vous utilisez adblock ?

Nous avons détecté que vous utilisez un plugging Adblock. Soutenez-nous et désactivez-le 😊😇