Au cœur de la correction de textes avec Sylvie Desrues

« J’ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot… »
Honoré de Balzac

Sylvie Desrues nous présente le métier de correcteur de textes

Être correctrice-relectrice c’est être garante que les textes confiés seront soignés, peaufinés, irréprochables ! Ce métier a du sens par l’exigence de qualité, ainsi que par amour des livres, des mots et de la langue française.

« J’exerce mon métier à domicile, j’ai créé ma microentreprise après avoir suivi une solide formation (MD Mots formation) et obtenu le Certificat Voltaire (niveau expert 973/1000). Je me suis reconvertie, après 32 années très variées dans la fonction publique. » 

Sylvie Desrues, apporte des corrections de texte pour différents genres littéraires, notamment, ceux qui ont vocation à être publiés :

  • Romans,
  • Essais,
  • Articles,
  • Rapports,
  • Brochures,
  • Mémoires, etc.

Pour Sylvie, la correction de textes est comme un chemin long et rigoureux, semé de plusieurs balises : orthographe, grammaire, syntaxe, orthotypographie, vérifications.

Ce qui est passionnant, c’est aussi de tisser un lien direct avec les auteurs, bien écouter leurs besoins et les accompagner jusqu’à la publication.

« Mon signe de ponctuation préféré? Le trait d’union, comme mon métier! »

Les étapes de corrections de textes

  1. Avant de corriger un texte, Sylvie Desrues propose un échange, afin de faire connaissance et de se mettre d’accord sur les besoins de corrections des auteurs.

2. Ensuite, un devis gratuit et sans engagement est envoyé à l’auteur.  Ce devis est accompagné d’un extrait de 5 pages corrigées, pour bien visualiser le travail de correction, les commentaires et suggestions de réécriture.

3. Pour partager la correction de textes avec l’auteur, Sylvie utilise la fonction révision/suivi des modifications sous Word.

4. S’il s’agit d’épreuves sur papier : Sylvie corrige à l’aide des signes conventionnels de préparation de copie inscrits en marge du texte.

5. Une première lecture est ensuite effectuée, afin de corriger les fautes et repérer les passages sur lesquels la correctrice souhaite revenir après avoir lu l’intégralité du texte.

6. Puis, vient le correcticiel Antidote qui scanne les fautes oubliées lors de la première lecture et aide à corriger les erreurs de typographie.

7. Deux lectures, voire trois sont nécessaires, pour uniformiser, éliminer les répétitions, les incohérences et chasser les dernières coquilles. Votre texte doit être irréprochable !

8. Le texte corrigé est ensuite envoyé, il est accompagné de commentaires et propositions de réécriture. Libre à vous de les accepter ou les ignorer.

Enfin, Sylvie Desrues prend toujours de vos nouvelles sur le chemin de la publication.

Les points pris en compte durant la correction de textes

La correction de textes prend en compte tous les points suivants :

  • Orthographe, fautes de grammaire (accords, concordance des temps…), coquilles ;
  • Règles orthotypographiques : utilisation des majuscules et minuscules, césures, espaces, ponctuation, casse ;
  • Lisibilité et compréhension du texte : syntaxe, répétitions, lourdeurs, pléonasmes, anglicismes ;
  • Fiabilité des informations :  noms propres, dates, lieux, sigles, citations, etc.

Qu’est-ce que la réécriture de textes ?

La réécriture de textes concerne :

  • Les lourdeurs,
  • Les phrases trop longues,
  • Les répétitions ou tics de langage.

En fonction de ce qui a été discuté en amont, la correctrice de texte vous propose des reformulations, en respectant toujours votre pensée.

Concernant Sylvie Desrues, le travail éditorial sur le fond du texte, les personnages ou la construction du récit ne fait pas partie de son métier.

En quoi consiste la relecture de textes ?

La relecture de textes peut être proposée sur un texte corrigé au préalable, afin de garantir un texte sans fautes avant l’impression ou la diffusion du texte.

La correction de textes nécessite des compétences techniques

Un certain nombre de compétences techniques sont nécessaires pour corriger un texte :

  • Douter en permanence, c’est la première des qualités (répétée à juste titre par la formatrice de Sylvie) ;
  • Vérifier en croisant les sources d’informations ;
  • Méthodique, rigoureux, tenace ;
  • Faculté de concentration : on corrige véritablement mot à mot. Il faut s’accorder des pauses, au-delà de 2 heures (voire moins) ;
  • Justifier d’une formation au métier de correcteur-relecteur ;
  • Maîtriser la langue française, disposer d’un excellent niveau d’orthographe, d’une aisance dans l’écriture ;
  • Posséder une excellente culture générale.

La correction de textes nécessite des compétences relationnelles

Un certain nombre de compétences relationnelles sont nécessaires pour corriger un texte :

  • Être humble, car le correcteur ne se met jamais en avant, mais au service du texte, dans le respect du style, de la pensée de l’auteur ;
  • Savoir écouter, comprendre le besoin et accompagner l’auteur.

Pourquoi faire appel à une correctrice de textes ?

  1. Pourquoi payer une correctrice quand ma tante est prof de lettres ou que j’utilise le correcteur de mon logiciel voire Antidote?
  • Parce que corriger requiert des compétences spécifiques, plus étendues que les fautes d’orthographe et de grammaire (choix des polices, abréviations, symboles, mots étrangers, vérifications, etc.)
  • Parce que l’œil humain, à ce jour, est plus affuté que les logiciels de correction d’orthographe, malgré le développement de l’intelligence artificielle.
  • J’ai toujours très bien écrit, je ne fais quasiment pas de fautes!

Tant mieux pour vous, vous gagnez du temps, mais la correctrice vous apporte réellement un plus !

  • Votre texte sera plus clair, plus fluide à lire et plus dynamique ;
  • Vous vous démarquerez des autres auteurs ;
  • Votre entreprise, votre société sera crédible, respectable ;
  • Vous serez plus serein pour vous faire publier.

Pour des écrits soignés, peaufinés, irréprochables, faites appel à une correctrice professionnelle!

Conseils de correction

L’ordonnance de Sylvie Desrues correctrice

  • Choisissez d’améliorer votre orthographe, de réviser les règles oubliées : par exemple, l’appli du Projet Voltaire est très bien faite (une partie est gratuite) — Françaisfacile .com est un site bien utile également avec de nombreux exercices d’écriture, d’orthographe et de grammaire. Envie de retrouver les joies de la dictée ? https://dictee.tv5monde.com/
  • Ayez le « réflexe dictionnaire », sur papier ou en ligne (Le Robert, le Larousse, Dictionnaire de l’Académie française, CNRTL, Dictionnaire des synonymes CRISCO, etc.)
  • Notez vos erreurs les plus fréquentes, vos trucs mnémotechniques dans un carnet d’orthographe que vous tiendrez à jour.

« Pour préparer le Certificat Voltaire, j’ai écrit le mien et je le consulte souvent. (Exemple : parti ou partie? Prendre parti/prendre à partie.) »

  • Relisez votre texte à voix haute, faites-le relire par un proche doté d’une bonne orthographe afin de repérer les répétitions, pointer les phrases trop longues, les tournures alambiquées, etc.
  • Retravaillez votre texte, remettez-le sur l’ouvrage autant que possible avant de le faire corriger par une professionnelle. 
  • Lisez régulièrement : vous enrichirez votre vocabulaire, ferez moins de fautes et développerez votre culture générale. En plus, c’est antistress, c’est prouvé !

N’hésitez pas à prendre contact avec Sylvie Desrues ici

Crédit image : pixabay