Jacob Azéroual, psychanalyste-psychothérapeute écrit savoir s(‘)aimer

Jacob Azéroual est psychothérapeute à Paris mais également auteur de Couple les clefs pour le réussir et de savoir (s’) aimer aux éditions Guy Trédaniel. Il nous partage dans ses ouvrages sur les relations humaines les secrets de l’amour, venez découvrir son parcours sur le site éditions-actu.

Jacob Azéroual

Jacob Azéroual exerce à Paris en tant que médecin psychanalyste-psychothérapeute spécialisé dans l’anxiodépression, le couple et l’enfant. Il est également coach en entreprise et écrivain.

Jacob Azéroual est écrivain de nombreux articles de presses ainsi que de quatre livres :

  • Savoir (s’)aimer
  • Couple – Clefs pour le réussir (cité par l’Express dans son Top 10)
  • Prendre l’enfant par la main
  • L’Échelle de Jacob.

Jacob Azéroual déclare au sujet de son dernier ouvrage « savoir (s’)aime : “Si je ne suis venu au monde que pour écrire ce livre, cela me suffirait. S’il peut éviter un suicide ou redonner le sourire et le goût de vivre à une personne cela me suffit. C’est un projet qui m’est très précieux et j’ai tenu à ce qu’il se réalise avec la coopération de personnes humaines.”

 

Le parcours éditorial de Jacob Azéroual

« Au début ce sont des éditeurs qui m’avaient contacté suite à des émissions Tv avec Jean-Luc Delarue (j’étais son psy favori). J’ai commencé avec Jean-Paul Bertrand (patron des éditions du Rocher), malheureusement disparu. Puis j’ai signé avec Maxima il y a 5 ans puis depuis 2 ans j’ai rejoint Guy Trédaniel qui a édité mon livre Savoir s’aimer et Couple les clefs pour le réussir »

Quatrième de couverture du livre savoir s(‘)aimer

L’amour de soi commence par l’amour des autres

Pour aimer les autres, il faut s’aimer. Pour s’aimer, il faut aimer les autres… Un couple qui s’aime, pourtant un couple qui se déchire. Des parents qui aiment, pourtant des enfants qui souffrent. Des moyens de communication, pourtant pas de dialogue. Le monde est plein, pourtant le monde est vide. Beaucoup de richesses, pourtant beaucoup de pauvres. Beaucoup de gens, pourtant beaucoup de solitude.

Pourtant, un peu d’amour pourrait diluer et atténuer ces douleurs et ces souffrances. Pourtant, c’est faire une erreur de calcul en optant pour l’égoïsme et l’égocentrisme, parce que m’intéresser à l’autre m’apporte, à moi, autant qu’il lui apporte. Dans un monde où les valeurs matérielles ont pris trop de place, une importance non légitime qui peut se révéler dangereuse et incontrôlable, il apparaît comme nécessaire de revenir à la Source. Ré-anoblir la Pensée et la Réflexion, chercher à vivre de façon plus “spirituelle” avec le désir de partager, car “désirer recevoir pour pouvoir donner” là est le sens même de la vie.

Actualité Jacob Azéroual

Le 16 juin à 17h rendez-vous au musée du Louvre au Salon du Make up Paris où Jacob Azeroual parlera de beauté.

La beauté est une notion aléatoire, éminemment subjective.

Aux temps anciens, la blancheur de peau était recherchée, tandis que les femmes actuelles se préfèrent bronzées et se fardent pour se donner un teint “brun”.

Ce qui passe pour de la cellulite était considéré comme signe de fécondité et de féminité avec ces magnifiques femmes en forme d’amphore.

La définition varie selon l’âge, la culture mais aussi selon sa propre personnalité. Ce que nous sommes conditionne ce que nous voyons.

On trouve ce que l’on cherche.  C’est nous qui fixons les “codes”.

Ce que l’autre perçoit de nous c’est pour une large part ce que nous percevons de nous-mêmes. Nous entendons ici ou là “qu’il faut s’accepter ” mais que signifie “s’accepter tels que nous sommes” quand nous nous trouvons laids dans notre regard ou dans les yeux du voisin ?

La beauté est extérieure ? intérieure ? les deux ?

“Qu’importe le flacon, pourvu que l’on ait l’ivresse…” C’est vrai pour un bon vin. Est-ce vrai pour la beauté ?

Qu’on le veuille ou pas, même lorsque nous sommes une personne “spirituelle”, l’apparence physique, notre allure extérieure, c’est la première chose que l’autre perçoit de nous. De même qu’un bon plat ou un gâteau, se mange d’abord avec les yeux.

Mais dois-je être beau ou belle pour plaire aux autres ? ou pour moi-même ?

Dois-je être apprêté(e) seulement lorsque je sors ou si je reçois du monde ; ou bien c’est aussi pour mon propre plaisir ?

La beauté est-elle forcément une exclusivité de la jeunesse ?

Vous êtes invitez à venir en débattre lors du prestigieux salon du Make Up. Venez avec vos questions, si possible par écrit et l’on procédera à un tirage au sort. Mais en attendant, quelles sont vos réflexions et quelle est votre définition de la Beauté ?”

Découvrez le livre savoir s(‘)aimer

Participation de Jacob Azéroual à l’émission Bien fait pour vous sur Europe 1 sur le thème Comment préserver son couple